31 / 08 / 2014,
JAUNELIERE.com, toute l'actu football du FC Nantes

Nîmes Ol. – FC Nantes (0-0) : Timoré mais solide.

Kevin G. 6 août 2012 Pas de commentaire
Nîmes Ol. – FC Nantes (0-0) : Timoré mais solide.
NOTE DE LA RÉDACTION
2 / 5

Jeu / Mouvement

Efficacité offensive

Performance défensive

Niveau de l'adversaire

En cette deuxième journée de Ligue 2, nantais et nîmois se rencontrent dans l’espoir d’obtenir leur première victoire de la saison après un premier résultat décevant (match nul contre Istres pour les canaris et défaite contre Auxerre pour les crocos). Sous un soleil de plomb, les deux équipes s’attendaient à un match difficile.

Une première mi-temps difficile

Ce sont bien les nantais qui vont connaître le démarrage le plus poussif, présentant un bloc très bas et ayant du mal à ressortir proprement avec le ballon. Pourtant, en contre, ceux-ci vont réussir à se montrer assez rapidement dangereux. La première grosse occasion est en effet nantaise (et sera aussi leur plus dangereuse du match) avec un centre de Gakpé côté droit pour Djordjevic dans les 6 mètres, mais ce dernier décroise trop en taclant, gêné par le très bon retour d’un défenseur nîmois. Quelques minutes plus tard, Gakpé se retrouve en position intéressante mais excentrée suite à une superbe ouverture d’Adrien Trebel, mais bute sur le gardien.

Par la suite, le milieu nantais va beaucoup souffrir, Djilobodji abusant de longs ballons et Birama Touré, pour sa première apparition, intervenant plusieurs fois en retard et étant rapidement – et logiquement – averti. Avec seulement 37% de possession de balle au quart d’heure de jeu, le bloc nantais est contraint de limiter son jeu à la défense de son but.

Cissokho, quelque peu en difficulté en début de match face à son vis-à-vis Mathieu Robail est lui aussi averti tôt dans le match. Les nîmois se montrent alors de plus en plus pressants, avec une frappe trop molle de Koné et surtout un superbe coup franc plein axe de Bouby sur lequel Rémy Riou s’envole pour sauver les siens. À la 26ème minute, l’arbitre profite d’un temps-mort pour autoriser les joueurs à se désaltérer, signe de la grande chaleur de l’après-midi. Cette interruption n’aura pas l’effet escompté sur la performance des nantais et le milieu souffre alors de plus en plus, seul Trebel semblant à même de poser le ballon et de le conserver, et permettre ainsi au bloc de remonter et de souffler un peu.

La défense centrale Madouni / Cichero, alignée pour la première fois, reste cependant compacte. Enfin, juste avant la mi-temps, Trebel (encore lui) réalise une superbe ouverture pour Djordjevic dans le dos de la défense mais les défenseurs parviennent à reprendre l’avant-centre serbe après un dribble trop lent. Bis repetita quelques secondes plus tard avec les mêmes acteurs mais Djordjevic s’emmêle cette fois-ci les pinceaux au moment d’armer son tir. La mi-temps est alors sifflée par M. Lavis sur le score de 0-0.

Une deuxième mi-temps bien terne

Pour la seconde mi-temps et malgré la chaleur, les deux entraîneurs décident de relancer les débats avec les 22 mêmes acteurs. Après quelques minutes, Veigneau tente sa chance de 30m à la retombée d’un corner repoussé par la défense nîmoise, avec un tir tendu qui passe de peu au-dessus du but de Cyrille Merville. Riou permet ensuite aux nantais de conserver le score nul et vierge en se couchant sur une frappe nîmoise puis sur un tir de Koné parti dans le dos de Madouni. Aux alentours de la 70ème, Cichero, voulant protéger son gardien, provoque un coup franc très dangereux en se voyant sanctionner d’une obstruction. Bouby, comme en première mi-temps, se charge de coup de pied arrêté plein axe aux 20m mais Riou, encore une fois, réalise un superbe arrêt.

La fin de match sera plus hachée, notamment à cause des remplacements effectués de chaque côté et de la fatigue accumulée par les organismes depuis le début du match. Preuve en est, à la 73ème, Olivier Veigneau sort, victime de vertiges dûs à la chaleur et confie son brassard à Ahmed Madouni. Koffi Djidji, jeune espoir issu de la Jonelière et 20 ans au compteur le remplace en tant que latéral droit pour ses premières minutes en pro, Issa Cissokho glissant à gauche.

Quelques minutes plus tard, Madouni à la limite de la surface s’impose face à une attaque gardoise mais se blesse sur l’action, laissant craindre un claquage au staff nantais. Djilobodji passe alors en défense centrale et récupère le brassard, et Ismaël Keita entre sur la pelouse au milieu de terrain. À la 82ème, Djordjevic, lancé dans la profondeur, s’écroule à l’impact du défenseur et rate la dernière opportunité du match. A la 84ème, Pancrate entre à la place de Vincent Bessat, laissant Jordan Veretout sur le banc sans la moindre minute de jeu, après ses 5 petites minutes à domicile contre Istres.

Enfin, à la 87ème, une frappe nîmoise au ras de la lucarne de Rémy Riou fait passer un dernier frisson dans le camp nantais mais le score reste bien nul et vierge au coup de sifflet final.

Un bilan plutôt faible

La délégation nantaise rentre donc de ce long déplacement avec un point, honorable au vu de la domination nîmoise. La défense aura donc tenu le coup autour de sa charnière centrale, alignée pour la première fois, et d’Issa Cissokho finalement solide après une entrée en matière plus que difficile. Le milieu nantais Djilobodji – Birama Touré n’aura cependant pas permis de tenir suffisamment le ballon et ainsi de desserrer l’étreinte gardoise. Enfin, l’animation offensive aura été bien trop faible pour espérer remporter la victoire malgré les tentatives d’Adrien Trebel et les quelques éclairs de Serge Gakpé.

Les supporters se consolent avec la bonne rentrée du jeune Djidji, qui sera peut-être amené à avoir du temps de jeu avec l’absence, sûrement pour plusieurs semaines, d’Ahmed Madouni. À moins d’un repositionnement de Djilobodji en défense centrale. Ils fondent également déjà beaucoup d’espoirs sur les recrues Lucas Deaux et Yohann Eudeline ainsi que sur les retours en forme de Jordan Veretout et Ismaël Bangoura, peut-être dès la prochaine journée de championnat à la Beaujoire contre Laval.

En attendant, la composition de Michel Der Zakarian sera scrutée de près lors du premier tour de Coupe de la Ligue, dès demain soir 20h à Angers, avec certainement du temps de jeu pour ces joueurs en cours d’adaptation ou de reprise.

Partager ce contenu

Laisser un commentaire