25 / 10 / 2014,
JAUNELIERE.com, toute l'actu football du FC Nantes

FC Nantes – FC Istres (1-1) : Le faux-départ.

Kevin G. 2 août 2012 Un commentaire
FC Nantes – FC Istres (1-1) : Le faux-départ.
NOTE DE LA RÉDACTION
2.5 / 5

Jeu / Mouvement

Efficacité offensive

Performance défensive

Niveau de l'adversaire

Vendredi dernier, après la coupure estivale, la Ligue 2 reprend pour une nouvelle saison dans l’antichambre de l’élite. Le FC Nantes reçoit le FC Istres à la Beaujoire, avec pour objectif de bien lancer sa saison. Comme chaque année, les supporters nourrissent de grands espoirs de renouveau dans cette période trouble du club, avec en point de mire une éventuelle remontée en Ligue 1.

Une première mi-temps encourageante

12 441 spectateurs ont fait le déplacement pour voir pour la première fois l’équipe nantaise cuvée 2012-2013, dirigée par le revenant Michel Der Zakarian. Sur le terrain, malgré de nombreuses recrues, peu de nouveauté dans le onze titulaire par rapport à la saison passée. En attendant la montée en puissance des nouveaux, le coach canari se repose sur 9 joueurs déjà présents en fin de saison dernière, seul Rémy Riou et Madouni étant arrivés durant le dernier mercato d’été.

Le onze titulaire nantais proposé par Der Zakarian est en effet composé de Riou – Cissokho, Madouni, Djilobodji, Veigneau (cap) – Keita, Trébel – Pancrate, Bessat – Bangoura, Djordjevic, positionnés en 4-4-2, système principalement utilisé au cours de la préparation physique lors des différentes oppositions amicales. Et dès le début du match, les automatismes semblent permettre aux jaunes de prendre le dessus sur les visiteurs sudistes. Dès la 2éme minute, Djordjevic trouve le poteau sur un coup-franc bien tiré par Adrien Trébel. 20 minutes plus tard, Djordjevic, bien lancé par Bangoura, est repris in-extremis par l’arrière-garde istréenne. À la demi-heure de jeu, Pancrate centre au cordeau pour Bangoura qui reprend du plat du pied mais sa tentative est repoussée par Petric, le portier visiteur. D’autres possibilités s’offriront aux canaris et les istréens auront une bonne opportunité à la 40ème par Akrour, mais ce sont bien les canaris qui vont ouvrir le score à la 43ème par Fabrice Pancrate, bien servi par Bessat.

La mi-temps est sifflée sur le score de 1-0, un moindre mal pour les nantais. Les supporters et les observateurs se demandent même si l’équipe ne va pas regretter de ne pas mener plus largement au vu de la domination affichée en première période. Le scénario redouté va malheureusement se produire…

Une seconde mi-temps inquiétante

En effet, au retour des vestiaires, le visage proposé se révèle diamétralement opposé. Les canaris n’arrivent plus à ressortir proprement et ne parviennent que très rarement à arriver dans de bonnes conditions dans la moitié de terrain istréenne, qui de leur côté se montrent plus pressants et consistants. Après une mi-temps passé à défendre et à relancer (trop souvent) long, ce qui devait arriver arriva, avec l’égalisation tardive d’Akrour (90ème). Pas vraiment une surprise, mais un dénouement difficile à encaisser pour les canaris et leurs supporters, habitués à un parcours plutôt faste à domicile sous l’ère Landry Chauvin.

Un résultat final mitigé

Nantes perd déjà deux points à domicile, même si le contenu de la seconde période nous fait dire que cela aurait pu être pire… Du côté des satisfactions, les canaris se reposeront sur la forme de Trébel dans la continuité de sa préparation estivale, le but de Pancrate et les arrêts multiples de Riou permettant de maintenir le navire à flot au plus fort de la domination istréenne. Au rayon des déceptions et au-delà du résultat, la prestation collective et les quelques difficultés individuelles (Veigneau, Bessat, Bangoura) seront à gommer dès le prochain match du côté de Nîmes. On peut déjà prévoir les titularisations de Veretout (rentré de l’Euro U19 et seulement entré à la 85ème) et Cichero voire même Birama Touré ou Lucas Deaux.

Une victoire lors de ce long déplacement permettrait de porter le total nantais à quatre points, un départ plus qu’honorable mais aussi d’en finir avec la sinistrose du bilan à l’extérieur qui avait plombé la saison 2011-2012. À l’inverse, une contre-performance maintiendrait le club dans les bas-fonds du tableau de L2. Quand on sait comment le FC Nantes a traîné comme un boulet son début de saison manqué l’année passée, ce match serait-il déjà décisif ?

Partager ce contenu

1 Commentaire

  1. titof 70 2 août 2012 at 12:15

    rien de nouveau au fcn on reprend des chevres et on repard pour 38 journees de galeres a vous degouter a jamais du fcn vive les annees 80 90 2000 bon courage prepare les mouchoirs nimes 2 nantes0 jouer au loto

Laisser un commentaire