23 / 10 / 2014,
JAUNELIERE.com, toute l'actu football du FC Nantes

Veretout, Trebel : l’amour du maillot retrouvé.

Nicolas G. 1 août 2012 Articles Pas de commentaire
Veretout, Trebel : l’amour du maillot retrouvé.

Le premier a 21 ans, mesure 1m73 et se prénomme Adrien. Le deuxième a 19 ans, mesure 1m77 et se prénomme Jordan. Leurs points communs sont nombreux. Formés sur les rives de l’Erdre, ils jouent quasiment au même poste, se connaissent sur le bout des doigts et possèdent des caractéristiques communes : vision de jeu, audace, technicité, générosité dans l’effort n’en sont que quelques-unes.

Deux espoirs nantais de cœur… et déjà indispensables.

Ces qualités leur ont même permis d’être appelés plusieurs fois en équipe nationale (U21 et U20 pour Adrien, U19 et U18 pour Jordan). Leurs temps de jeu respectifs au FC Nantes ont évolué très rapidement, notamment l’année dernière sous les ordres de Landry Chauvin. De la Jonelière à la Beaujoire il n’y a que l’Erdre à traverser, et on peut dire que ces deux garçons ont construit un pont solide entre la formation nantaise et le monde professionnel.

Au-delà de leurs performances très encourageantes sur le terrain, c’est un nouvel état d’esprit qu’Adrien et Jordan viennent insuffler au FC Nantes. Rappelons que depuis plusieurs années, de nombreux joueurs passés par le groupe professionnel ont négligé l’identité du club, au grand dam des supporters. Certes, le football a changé et n’est peut-être plus enclin à faire rejaillir un véritable « jeu à la nantaise ». Néanmoins, l’amour du maillot peut encore y avoir sa place. Adrien et Jordan nous rassurent sur ce point. Malgré les tumultes qui font vaciller la maison jaune depuis de longues années, nos deux lutins de la Beaujoire ont choisi de faire passer l’intérêt du club avant tout intérêt personnel, faisant fi des sirènes de l’élite.

« Je ne vois vraiment pas mon avenir ailleurs ».

L’incroyable envie qu’ils affichent pendant les matchs se reflète par des propos qui méritent d’être relevés : « Je reste convaincu et persuadé que le FC Nantes reste l’un des meilleurs clubs formateurs de France. J’y ai tout appris, et je sais tout ce que je lui dois. Si aujourd’hui, avec Vincent (Sasso), Erwin (Zelazny), Jordan (Veretout), Chaker (Alhadur) et j’en passe, nous avons un contrat pro, nous le devons au FC Nantes. Je suis dans ce club depuis que j’ai 12 ans et la période de la pré-formation » (Adrien Trebel dans SoFoot, 22 juillet 2012). Et lorsqu’on lui demande s’il a des touches dans d’autres clubs, il répond tout de go : « Je ne m’occupe vraiment pas du tout de ça. L’important, c’est de faire remonter le club. Je ne vois vraiment pas mon avenir ailleurs ».

Jordan n’est pas moins fier de porter les couleurs de son club : « J’ai signé un contrat jusqu’en 2015. Je resterai jusque-là. Je suis bien ici. Je ne partirai pas » (Presse-Océan, 24 juillet 2012).

Une nouvelle saison qu’il faudra faire rimer avec confirmation.

Il ne reste plus qu’à espérer que le FCN puisse s’appuyer sur ces garçons pendant les prochaines années et leur permettre de s’affirmer au plus haut niveau, au même titre que les Alhadhur, Zelazny, Dupé, Djidji et les générations à venir. La formation tend à regagner ses lettres de noblesse au FC Nantes, et ce n’est pas une mauvaise nouvelle.

Dès la première journée, Michel Der Zakarian a souhaité utiliser les deux joueurs. À peine revenu de l’Euro U19, où il s’est illustré dans l’entrejeu tricolore, Jordan Veretout est tout de même rentré quelques minutes en fin de match face aux istréens. De son côté, Adrien Trebel a joué la totalité du match, avec encore une fois la pugnacité et le sens de l’effort que nous lui connaissons. Beaucoup de ballons sont passés par lui en ce premier soir de Ligue 2. Cela confirme les belles dispositions affichées l’année dernière. Malgré le match nul concédé en fin de match, Adrien a donc encore été une des satisfactions nantaises, tant dans l’animation du jeu que dans la récupération du ballon. Avec une saison de Ligue 2 derrière eux, les deux compères vont pouvoir gagner en maturité, et espérons-le, accompagner l’équipe vers le sommet.

Partager ce contenu

Laisser un commentaire